Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, Programme national de numérisation culturelle

Les Collections || Berthonneau Luc, une expérience du chantier du tunnel sous la Manche


Mémoire orale de l'industrie et des réseaux

Rails & histoire

Collection : Vingt années sous la Manche, et au-delà / Twenty years under the Channel and beyond.

Berthonneau Luc, une expérience du chantier du tunnel sous la Manche

Témoin(s) : Luc Berthonneau
Enquêteur(s) : Laurent Bonnaud
Date de l'entretien : 23 juin 2015
Lieu de l'entretien : Département des Hauts-de-Seine
Durée de l'entretien : 01:04:09

Rechercher dans l'entretien


Présentation entretien

Arrivée sur le chantier du tunnel sous la Manche (1989)

Evolution du chantier, 1989-1994

Fin du chantier, jugements d’ensemble, influence du chantier sur la carrière du témoin

09

L’innovation pendant les cinq années du chantier n’est pas passée par des changements de process ou de machines qui auraient entraîné une suspension de la production, outre l’importance et le prix des équipements. Ce furent des améliorations permanentes, des modifications apportées au fonctionnement des équipements pendant la production, pour gagner en efficacité. Aucun échange ou comparaison avec d’autres chantiers n’était possible étant donné que le tunnel sous la Manche était le premier et seul chantier de ce type, pour lequel des équipements spécifiques avaient été conçus et construits. Cela impliquait un effort particulier de formation des opérateurs, dont c’était le premier poste ou qui venaient de l’industrie mécanique, en particulier de l’industrie dentellière calaisienne ; « il a fallu les présenter aux machines. » De même l’encadrement de proximité, s’il avait l’expérience du management, a dû être formé aux machines. Les risques encourus ont demandé « une attention de tous les moments » ; le témoin cite les précautions prises, tant du point de vue des consignes de sécurité – en particulier l’arrêt des installations concassage-délayage pour la maintenance, même si on ne peut empêcher quelqu’un de les remettre en marche sans vérification – que de la surveillance des « éléments à risque ». Il juge les ouvriers très responsables.





Analyse réalisée par : Marie-Noëlle Polino
Mentions légales © Droits réservés