Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, Programme national de numérisation culturelle

Les Collections || Berthonneau Luc, une expérience du chantier du tunnel sous la Manche


Mémoire orale de l'industrie et des réseaux

Rails & histoire

Collection : Vingt années sous la Manche, et au-delà / Twenty years under the Channel and beyond.

Berthonneau Luc, une expérience du chantier du tunnel sous la Manche

Témoin(s) : Luc Berthonneau
Enquêteur(s) : Laurent Bonnaud
Date de l'entretien : 23 juin 2015
Lieu de l'entretien : Département des Hauts-de-Seine
Durée de l'entretien : 01:04:09

Rechercher dans l'entretien


Présentation entretien

Arrivée sur le chantier du tunnel sous la Manche (1989)

Evolution du chantier, 1989-1994

Fin du chantier, jugements d’ensemble, influence du chantier sur la carrière du témoin

08

À la question des objectifs fixés aux équipes et des leviers utilisés pour les atteindre une fois le chantier lancé, le témoin répond que les objectifs du puits de surface étaient ceux des tunnels, dont il devait permettre l’avancement ; il insiste sur le « dialogue » et la concertation qui assurait l’amélioration continue des performances ; les principales difficultés rencontrées ont été le réglage et les blocages du système d’évacuation des déblais, décrit par le témoin (concassage et délayage des déblais réduits en boue et extraits par huit conduites de deux kilomètres de long qui les déversent derrière le barrage du Fond Pignon) qui pénalisaient l’avancée des tunneliers. Les problèmes étaient résolus par les équipes du chantier davantage que par les collaborateurs des fournisseurs (présents uniquement pour les pompes horizontales Putzmeister et Schwing à pistons). Des équipes devaient en particulier déboucher les conduites. Bien qu’il n’ait pu s’attendre à de telles difficultés, l’intérêt personnel du témoin pour les aspects techniques et mécaniques des problèmes posés l’a emporté.





Analyse réalisée par : Marie-Noëlle Polino
Mentions légales © Droits réservés