Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, Programme national de numérisation culturelle

Les Collections || Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt


Mémoire orale de l'industrie et des réseaux

Rails & histoire

Collection : Vie et travail au quotidien pendant la Deuxième Guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots.

Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt

Témoin(s) : Henri Lagarde
Enquêteur(s) : Myriam Fellous-Sigrist
Date de l'entretien : 28 mars 2012
Lieu de l'entretien : Département de l'Aude
Durée de l'entretien : 02:50:00

Rechercher dans l'entretien


Présentation de l'entretien

Situation professionnelle dans la première moitié de la guerre

Départ pour l’Allemagne et vie quotidienne à Erfürt

Libération et retour à la SNCF

Les chemins de fer pendant la guerre et ses motivations pour répondre à l’Appel à témoins

23

Il ne parlait pas avec ses collègues de sa captivité. Il n’y avait pas non plus de commémoration. Il se souvient avoir été choqué d’entendre De Gaulle dire que tous ceux qui étaient partis en Allemagne étaient des « collabos ». Beaucoup de ses collègues avaient connu comme lui la captivité en Allemagne. Cette mémoire était ignorée, « personne ne s’y intéressait ». Il se rappelle qu’à Carcassonne [Aude] il y avait un centre de rapatriés, mais il n’y passa pas. Après le retour d’Allemagne, des primes furent versées aux déportés mais lui n’y eut pas droit car il n’était pas allé en camp de concentration. Lézignan [Lézignan-Corbières, Aude] ne fut pas touché pas les combats.





Mots-clé
commémoration

Analyse réalisée par : Sylvère Aït Amour
Mentions légales © Droits réservés