Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, Programme national de numérisation culturelle

Les Collections || Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt


Mémoire orale de l'industrie et des réseaux

Rails & histoire

Collection : Vie et travail au quotidien pendant la Deuxième Guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots.

Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt

Témoin(s) : Henri Lagarde
Enquêteur(s) : Myriam Fellous-Sigrist
Date de l'entretien : 28 mars 2012
Lieu de l'entretien : Département de l'Aude
Durée de l'entretien : 02:50:00

Rechercher dans l'entretien


Présentation de l'entretien

Situation professionnelle dans la première moitié de la guerre

Départ pour l’Allemagne et vie quotidienne à Erfürt

Libération et retour à la SNCF

Les chemins de fer pendant la guerre et ses motivations pour répondre à l’Appel à témoins

21

Ils sont partis dès l’arrivée des Alliés. Après quatre jours de marche, les alliés les ont arrêtés car ils gênaient la montée au front des troupes. Pendant un mois ils ont donc été mis dans un camp allemand avec des sentinelles et ensuite ont été évacués vers la France dès que le front s’est éloigné. De là sont partis des camions par 20 sur des distances de 175 à 200 km et ils étaient transférés ainsi de camions en camions. Ils étaient à environ 700 km de la frontière et il leur a fallu 8-10 jours pour les parcourir. Arrivés à la frontière, ils ont été transféré dans des wagons à bestiaux, ils n’étaient que quatre dans celui où Henri Lagarde est monté. Ils ont alors fait environ 200 km jusqu’à Bar-le-Duc [Meuse]. Ils ne voyaient personne pendant ce voyage, ces trains de marchandises ne passant que par des gares de triage.





Mots-clé
libération
rapatriement

Analyse réalisée par : Sylvère Aït Amour
Mentions légales © Droits réservés