Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, Programme national de numérisation culturelle

Les Collections || Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt


Mémoire orale de l'industrie et des réseaux

Rails & histoire

Collection : Vie et travail au quotidien pendant la Deuxième Guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots.

Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt

Témoin(s) : Henri Lagarde
Enquêteur(s) : Myriam Fellous-Sigrist
Date de l'entretien : 28 mars 2012
Lieu de l'entretien : Département de l'Aude
Durée de l'entretien : 02:50:00

Rechercher dans l'entretien


Présentation de l'entretien

Situation professionnelle dans la première moitié de la guerre

Départ pour l’Allemagne et vie quotidienne à Erfürt

Libération et retour à la SNCF

Les chemins de fer pendant la guerre et ses motivations pour répondre à l’Appel à témoins

15

À Erfürt [Land de Thuringe, Allemagne], il tomba malade, un médecin lui donna huit jours de repos mais le médecin de la Gestapo lui ordonna de retourner travailler. De retour au baraquement, la Gestapo vint le rechercher et l’emmena pour l’interroger sur ses activités en France. Suite à cela, il fut reconnu malade et transféré au nettoyage des trains de voyageurs qui passaient entre Berlin et Paris et des trains de banlieue. Il a ainsi fait des travaux moins pénibles, là il travaillait au contact de femmes allemandes avec qui il échangeait et flirtait. Mais il fallait faire attention car si cela était découvert, la conséquence était l’envoi en « camp de concentration ». Les femmes étaient souvent malades, contaminées par les militaires, et certaines venaient même dans le camp.





Mots-clé
Erfürt [Land de Thuringe, Allemagne]
conditions de travail
relations franco-allemandes

Analyse réalisée par : Sylvère Aït Amour
Mentions légales © Droits réservés