Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, Programme national de numérisation culturelle

Les Collections || Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt


Mémoire orale de l'industrie et des réseaux

Rails & histoire

Collection : Vie et travail au quotidien pendant la Deuxième Guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots.

Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt

Témoin(s) : Henri Lagarde
Enquêteur(s) : Myriam Fellous-Sigrist
Date de l'entretien : 28 mars 2012
Lieu de l'entretien : Département de l'Aude
Durée de l'entretien : 02:50:00

Rechercher dans l'entretien


Présentation de l'entretien

Situation professionnelle dans la première moitié de la guerre

Départ pour l’Allemagne et vie quotidienne à Erfürt

Libération et retour à la SNCF

Les chemins de fer pendant la guerre et ses motivations pour répondre à l’Appel à témoins

09

À son arrivée il fut placé dans la baraque n°4. La Gestapo venait et fouillait une fois par mois les baraquements, c’est pourquoi il n’écrivait pas tout sur son carnet de peur des représailles. Erfürt [Land de Thuringe, Allemagne] était appelée le « Nice allemand », c’était une grande et belle ville où Napoléon était venu [rencontrer le tsar Alexandre 1er en 1808]. Ils étaient libres de circuler dans la ville et il put ainsi visiter le bureau que l’empereur avait occupé. Le camp était situé dans le triage, un peu excentré par rapport à la ville. Là il travaillait 12 h pendant 10 jours successifs avant d’avoir un jour de repos. Les prisonniers qui travaillés étaient payés et allaient dans les cafés pour y boire de la bière et du cidre.





Mots-clé
Erfürt [Land de Thuringe, Allemagne]
STO (service du travail obligatoire)
camp
horaires de travail
triage

Analyse réalisée par : Sylvère Aït Amour
Mentions légales © Droits réservés