Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, Programme national de numérisation culturelle

Les Collections || Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt


Mémoire orale de l'industrie et des réseaux

Rails & histoire

Collection : Vie et travail au quotidien pendant la Deuxième Guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots.

Lagarde Henri, cheminot envoyé au STO à Erfürt

Témoin(s) : Henri Lagarde
Enquêteur(s) : Myriam Fellous-Sigrist
Date de l'entretien : 28 mars 2012
Lieu de l'entretien : Département de l'Aude
Durée de l'entretien : 02:50:00

Rechercher dans l'entretien


Présentation de l'entretien

Situation professionnelle dans la première moitié de la guerre

Départ pour l’Allemagne et vie quotidienne à Erfürt

Libération et retour à la SNCF

Les chemins de fer pendant la guerre et ses motivations pour répondre à l’Appel à témoins

04

Lézignan [Lézignan-Corbières, Aude] était en zone libre, il n’y avait donc pas d’Allemands. Au moment de l’Armistice c’était « le bordel ». Il a vu arriver des trains de civils venant de Belgique, de Hollande, des trains de militaires, des trains de matériel militaire comme des canons sur rails par exemple. Il a donc eu beaucoup de travail à Lézignan [Lézignan-Corbières, Aude], qui était un site avec une grande activité et une centaine d’employés. Il faisait des journées de 12 h, parfois 15 h. Il n’avait que 17 ans et n’évoquait guère la situation politique.





Mots-clé
Exode
Lézignan-Corbières [Aude, France]
horaires de travail

Analyse réalisée par : Sylvère Aït Amour
Mentions légales © Droits réservés